C.E.R.H.A.C.
Centre de Recherche sur la Réforme et la Contre-Réforme


PROCHAINS COLLOQUES ...   PROCHAINS COLLOQUES ...   PROCHAINS COLLOQUES ...   PROCHAINS


 

Journée d'étude   « TẾMOIGNER ; LA FLIBUSTE »

 

Vendredi 16 décembre 2011, MSH,  4, rue Ledru, salle 332.

 

12 h 45  - 15 h 30

  

 

Sara HARVEY : 

Quand un flibustier témoigne de son expérience : faire croire au droit et à la vérité de la parole dans les chroniques de Guillaume Coppier (1645), Alexandre-Olivier Exquemelin (1678), Raveneau de Lussan (1688) et William Dampier (1698).

 

Sophie JORRAND : 

Témoigner : l'âge d'or de la flibuste, XVIIe-XVIIIe. Condamnation, hésitation et dissimulation.

 


COLLOQUES RECENTS...   COLLOQUES RECENTS...   COLLOQUES RECENTS...   COLLOQUES RECENTS...  


 

COLLOQUE INTERNATIONAL

 

Témoigner du XIe au XVIIIe siècle

 
Révélateurs & révélations ;                                                                 Revealing & Revelations ;
l’interprétation de la preuve, de la loi, de la règle et du droit                   
the interpretation of evidence, rules and (the) law(s)

(Témoin, témoigner, témoignage)                                                          (Testifier, testifying, testified)

 

 

Clermont Ferrand, les 17, 18 et 19 novembre 2011


 
___


À travers les communications présentées à l’occasion de ces journées de  colloque, l’on entend explorer, plus que les faits et les théories, l’activité du témoin et l’acte de témoigner, à travers genres et formes ‑ prose, poésie, théâtre ou toute autre forme d’expression ‑ du Moyen Âge à la Renaissance et à l’Âge Classique.

Porter témoignage et preuve, révéler, déposer, attester, voire même contester pour se porter garant d’une expérience ou pour défendre une opinion, provoque échanges intellectuellement constructifs. À ces fins les supports énonciatifs privilégiés peuvent être textuels et/ou non textuels.


Outre les commentaires et les analyses, les communications s’intéresseront donc à toutes les manifestations où l’on peut lire la réflexion sur les valeurs et les institutions, les changements épistémiques, les réactions dogmatiques, les hésitations doctrinales, les modifications du goût, les spéculations et les rêveries, les recours à la cognition ou à l’émotion.

Le dernier colloque du quadriennal « Témoigner » portera sur l’interprétation de la preuve, de la loi, de la règle et du droit sise dans le contexte de la cour de justice ou dans n’importe quel autre contexte où les règles et les preuves font loi.



Through the various papers that will be given during the conference, more than facts and theories, the witnesses’ activities and testimonies,  as well as their testifying regarded as an act and/or a process will be explored. Different genres and forms such as prose, poetry, drama or any other means of expression ranging from the Middle Ages to the Renaissance, up the 17th century included, will be studied. Through testimonies, evidence and revelations, even through contestation, experiences  and opinions can be defended and supported. Taking action and being  involved can provoke constructive intellectual exchanges. To these ends, the supports can be textual and/or non textual.

Papers will focus on commentaries and analyses as well as on any supports where some reflection on institutions and values, on epistemic exchanges, on dogmatic reactions, on doctrinal hesitations, on changing taste, on dreams and speculations, cognition-based or emotional tendencies can be read / found.


The last conference of the four-year « Témoigner » research project will focus on ‘The interpretation of evidence, rules and (the) law(s)’ whether in the context of the court of justice or in any other context where rules and evidence are essential laws and staples.

 

 

*************

Ce colloque de trois journées se tiendra à la Maison des Sciences de l’Homme, 4 rue Ledru, Clermont Ferrand et ouvrira le tout nouveau partenariat entre le CERHAC (Université Blaise Pascal, Clermont Ferrand, France) et SINRS (Scottish Institute for Northern Renaissance Studies, Stirling, Scotland, GB).

Les responsables scientifiques seront Mmes et MM les Professeurs Danièle Berton-Charrière et Monique Vénuat pour le CERHAC, John Drakakis et David Richards pour SINRS.

*****

This three-day conference will be held in « La Maison des Sciences de l’Homme », rue Ledru, Clermont Ferrand (France). It will be organised jointly by CERHAC (UBP, Clermont Ferrand, France) and SINRS (Scottish Institute for Northern Renaissance Studies, Stirling, Scotland, GB).

Scientific board : Professors Danièle Berton-Charrière & Monique Vénuat (CERHAC, Clermont Ferrand, France), and Professors John Drakakis et David Richards (SINRS, Stirling, Scotland).

*****

Contact & organisation : daniele.berton@wanadoo.fr   &  john.drakakis@stir.ac.uk


COLLOQUE INTERNATIONAL

 

La naissance des académies protestantes

(Lausanne, 1537 et Strasbourg, 1538 – Genève, 1559)

et la diffusion du modèle

 

11 et 12 juin 2010

 

Soutenu par le CERHAC et l’Université Paris-IV-Sorbonne

 

Emidio Campi (Université de Zürich) : « La Schola Tigurina. »

Michel Bruening (Missouri University of Science and Technology):« Des renseignements nouveaux sur l’Académie de Lausanne tirés de la correspondance inédite de Pierre Viret. »

Françoise Moreil (Université d’Avignon) : « Des académies réformées méridionales (Nîmes, Die, Orange). »

Philippe Chareyre (Université de Pau) : « Liste professorale de l’académie d’Orthez-Lescar et ses implications. »

Ruxandra Vulcan (Université Paris-IV-Sorbonne) : « L’interface entre prophétie et rhétorique : Pierre Viret- Lambert Daneau (Lausanne-Orthez/Lescar). »

Véronique Montagne (Université Nice Sophia-Antipolis) : « L’éloquence chez Johannes Sturm (1509-1587). »

Wolfgang Mährle (Université de Giessen) : « L’académie de Strasbourg (pour M. Prof. Anton Schindling), modèle du Gymnase d’Altdorf. »

Dr. Jan-Andrea Bernhard (Castrisch/Zurich) : « Les collèges de Sárospatak et Pápa en Hongrie, en relation avec les académies de Lausanne, Strasbourg et Zurich. »

Daniel Larangé (Université McGill, Montréal) : « L’académie de Herborn. »

Martin Holý (Académie des Sciences, Prague) : « Der Adel aus den böhmischen Ländern und die Akademie in Straßburg in der zweiten Hälfte des 16. und in ersten Jahrzehnten des 17. Jahrhunderts. »

Gerhard Menk (Landesarchiv Stuttgart) : « Zwischen Leiden und Duisburg : Die calvinistischen Akademien und ihre Wirkung. »

Synthèse par Olivier Millet (Université Paris-XII-Créteil).

 


De la Renaissance aux Lumières

Journées Jeunes Chercheurs
 

11 et 12 mars 2010
 

Jean Pironon : « Lectures critiques de la poésie anglaise de la Renaissance au XVIIe siècle. »

Maud Gallet : « Un témoignage américain à deux faces sur l’Angleterre de la fin du XVIIIe siècle. »

Florence D’Souza : « Tod’s Testimony About His Experiences In North-Western India Before Learned Circles In London (1824-1835).”

Didier Mocq : « Dick Turpin (1705-1739) : mythe ou réalité. Le témoignage du cinéma contemporain. »
Julie Corre : « Minerva Britanna De Henry Peacham (1612) : Le témoignage emblématique du rôle de l’artiste dans la société jacobéenne. »

Samuel Cuisinier-Delorme : « Témoignage et recyclage : l’iconographie de la danse macabre revisitée par Shakespeare dans King Lear. »

Stéphane Huet : « Voir, témoigner et surveiller dans Mesure pour mesure. »

Agnès Cousson : « le témoignage à Port-Royal, à travers les écrits des religieuses (récits de captivité, vies, etc.). »

Géraldine Louis : « Fontenelle : de l’interprétation des témoignages à la production de fictions. »

Stéphanie Gourdon : « L’œuvre de Mary Wollstonecraft comme témoignage d’un renouveau. »


Colloque

Témoigner aux XVe, XVIe, XVIIe siècles
 

15, 16 et 17 octobre 2009

 

Marie Couton (PR, CERHAC Clermont Ferrand, UMR 5037) : Témoigner ? Ecrire… Le parcours de Thomas Nashe

Anne Page (PR, LERMA, Université de Provence, Aix-Marseille I) : Témoigner et persuader : le récit de conversion aux XVIIe et XVIIIe siècles

Sandhya Patel (MCF, Clermont Ferrand) : Inquiries of Things Observable
Mickael Popelard (MCF Caen) : Expérience et exigence scientifique dans « A Brief and True Report de Thomas Harriot et John White (1588) »

Hélène Bah (MCF, Université de Paris Est Marne-la-Vallée) : Témoignage et constitution du sujet chez Pascal

Emmanuèle Lesne-Jaffro (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand) : « Témoigner de la prison sous l'Ancien Régime »

Jean-Marie Maguin (PR émérite, Montpellier III) : Témoigner, proclamer, troper dans les cycles de Mystères du Moyen Âge anglais

Anny Crunelle-Vanrigh (PR, QUARTO Paris X) : A skirmish of wit(nesses) : Much Ado, pièce testimoniale

Richard Hillman (PR, CESR Tours) : Witnessing in Hamlet and the Histoire Tragique of Gaston de Foix

Pauline Blanc (MCF, CESR-GRATT Tours) : Wild tales in Othello : give me the ocular proof.

Jean-Jacques Chardin (PR Strasbourg) : Les 'Emblemes' de Francis Quarles (1635) : Expérience du sensible et témoignage de la parole sacrée.

Jean-Louis Claret (MCF, Aix en Provence, LERMA) : To hold the mirror up to pictures : le théâtre anglais de la Renaissance et les images

Samuel Cuisinier-Delorme (doctorant, CERHAC Clermont Ferrand, UMR 5037) : De la condamnation de la danse : l’exemple de A Treatise of Daunses (anonyme, 1581) & traitte contre les danses (Jean Boiseul, 1606)

François Terzer (doctorant Strasbourg) : Caritas Pirckheimer, 1467-1532, Une femme voilée de Liberté

Brigitte Hébert (UMR 5037) : Thomas Müntzer et la Guerre des Paysans

Jean-Claude Colbus (UMR 5037) : Sebastian Franck et l’utopie pacifiste

Shantala Morlans (L’ENITA Clermont Ferrand) : l’Homme et la nature : les procès aux animaux du XVe au XVIIe, approche d’une dialectique analogique du vivant

Dominique Descotes (PR, CERHAC Clermont Ferrand) : le témoignage a-t-il un sens en mathématiques ?


 

Témoigner aux XVe, XVIe, XVIIe siècles
Pour un nouvel éclairage sur la pratique des Lettres à la RenaissanceSéminaire 2008-2009

 

5 Juin 2008 - Témoigner : la religion

 

Isabelle Fernandes : « Le martyrologe de John Foxe ».

Monique Vénuat : « Le témoignage des sens dans la controverse eucharistique ».

Christian Jérémie : « Signes et témoignage chez Becon ».

 

17 Octobre 2008 - Témoigner : les arts et leurs supports, M.S.H. Clermont-Ferrand, 4 rue Ledru, Amphi 125

 

13 h 30 : Marie-Joëlle Louison-Lassablière, « Arena, qui sont tes compagnons ? »
14 h 30 : Danièle Berton-Charrière, « ‘Revenge paintings’ ou l’art de témoigner autrement »
15 h 30 : Discussion

 

20 Mars 2009 - Témoigner : découvertes & explorations

 

15 au 17 Octobre 2009 - Colloque Témoigner : stratégies & visées de l’expérience

 

Séminaire 2010-2011

 

Mars 2010 - Témoigner : l’interprétation

 

Juin 2010 - Témoigner : la preuve et le droit

 

Octobre 2010 - Témoigner : révélateurs et révélations

 

Mars 2011 - Colloque Témoigner : interface et technique

 

Contacts : daniele.berton@wanadoo.fr et Monique.VENUAT@univ-bpclermont.fr.

 


Colloque interdisciplinaire

 

Eloquence ecclésiastique de la pré-Réforme aux Lumières

 

Symposium on Church Eloquence

from the pre-Reformation to the Enlightenment

 

 du mercredi 28 novembre au samedi 1er décembre 2007

Maison des Sciences de l'Homme, 4 rue Ledru, Clermont-Ferrand

 

Marc Hersant (Bordeaux 3) : « La harangue à Louis XIV prononcée à Compiègne le 12 septembre 1652 : un morceau d’éloquence officielle dans le "courant" des Mémoires du cardinal de Retz.»

Héloïse Hermant (EHESS/ Casa de Velázquez) : « L’envers du sacré : l’éloquence au service de la dissidence dans les sermons célébrant la nomination de don Juan José de Austria comme premier ministre en 1677 »

Anne Régent-Susini : « De l’éloquence de la chaire à l’éloquence révolutionnaire. L’abbé Grégoire prêtre et jacobin »

Mathieu Mercier (Valenciennes) : « l’éloquence ecclésiastique au service d’un roi maudit : les oraisons funèbres en hommage au dernier Valois, Henri III »

Philippine Casarotto : « les oraisons funèbres prononcées dans la Monarchie habsbourgeoise pour les empereurs Habsbourg, de la Contre-Réforme aux Lumières (1637-1780) »

Raeleen Chai Elsholz : « Eloquence et autorité dans l'œuvre de Prospero Lambertini (Benoît XIV) : exemples tirés des procès de canonisation. »

Pauline Chaduc : « le livre ou la voix ? la direction spirituelle au XVII° s, une question générique. »

Daniel S. Larangé : « Parole de Dieu et art de la prédication dans l’Unité des Frères tchèques et moraves : la tradition homilétique et rhétorique des XVe-XVIIe s. »

Sophie Conte (Reims) : « Le prédicateur et son auditoire dans les traités de rhétorique sacrée au XVIIème siècle. »

Jean-Pierre Van Noppen : « Les sermons de John Wesley : genre et idéologie. »

Jérôme Grosclaude : « Le Journal de John Wesley, outil d’évangélisation ».

Françoise Deconinck-Brossard : « Traités sur l'art de la prédication en Angleterre et en France du milieu du XVIIe s. à la fin du XVIIIe s. »

Nathalie Zimpfer : « Plain Style et théologie de la via media. Analyse stylistique et enjeux idéologiques de l’homilétique anglicane au XVIIIème siècle. »

Pierre Janton (Clermont-Fd) : « La prière comme genre littéraire dans la prédication anglaise au XVIème siècle »

Pascal Caillet (Université de Provence – Aix-Marseille 1) : « ‘not aside to the right hand, nor to the left’ : John Donne et la rhétorique de la via media »

Guy Demerson (Clermont-Fd) : « L'exemplum dans l'homilétique à l'aube de la Renaissance : Michel Menot. »

Simon Icard : « Moines et prédicateurs : l’éloquence des Feuillants au XVIIème siècle. »

Eric Tourrette : « les images liquides dans les oraisons funèbres de Bossuet. »

Nicolas Piqué (Lyon) : « L’éloquence au service de la controverse : exposition de foi et mystique de l’unité chez Bossuet. »

Hélène Michon : « L'influence des controverses dans la prédication salésienne.»

François Jacob : « Voltaire au pluriel : le cas du Sermon des Cinquante. »

Dominique Descotes : « l’éloquence dans Les écrits des curés de Paris (après les Provinciales). »

Guillaume Coatalen (Cergy-Pontoise) : « De la scène à la chaire ou des emprunts de pièces de théâtre dans quelques sermons caroléens et jacobéens. »

Anne Dromart : « What the straightness of the pulpit allowed : L’éloquence ecclésiastique dans Tristam Shandy. »

Sophie Jorrand : « Pour un "miroir des jeunes filles" : l'éloquence ecclésiastique en Angleterre, de Richard Allestree à James Fordyce »

Nathalie Szczech : « La violence dans la controverse Calvin – Westphal, 1555-1557. »

Julien Gœury (Nantes) : « Action et publication : réflexions sur l’usage du sermon protestant sous le régime de l’Edit de Nantes. »

Natacha Salliot : « Eloquence ecclésiastique et visée persuasive sous le règne d’Henri IV : la question des ornements et des artifices ».

Nicolas Cremona : « Les histoires tragiques de Jean-Pierre Camus, textes exemplaires : entre récit et discours. »

Cinthia Meli (Genève) : « Les recueils de sermons en France au XVIIème siècle : formes, publics, usages. »

Françoise Carbonnier Burkard (faculté libre de théologie protestante de Paris) : « les sermons réformés pour jours de deuil au XVIIème siècle. »

Christine Ronchail (Faculté de Théologie protestante de Montpellier) : « De l'esprit de Dordrecht aux prémisses des Lumières, l’évolution de la pensée chez trois pasteurs de Charenton dans leurs ouvrages de dévotion. »

Bénédicte Dubail (Strasbourg) : « L’éloge et le blâme dans la prédication prémontrée de l’abbaye de Bellelay (canton du Jura) au XVIIIème siècle. »

Rappel de la problématique

 

Nos interrogations porteront sur les visées, les formes et les publics de l’éloquence ecclésiastique, et leur évolution :

 

Ses formes

Les communications pourront aborder la vaste gamme des textes : célébrations publiques solennelles, exhortation à des groupes plus restreints (élites ou publics populaires, cercles d’études, prophesyings….), recueils de sermons, expositions dogmatiques, causeries, livres de piété, encouragement à la méditation et à la dévotion, histoires édifiantes, œuvres en vers.

 

Ses publics et sa réception

On s’intéressera aux modes de publication et de diffusion. Quels sont les rapports de la prédication orale et de l’édition ? Sont aussi particulièrement dignes d’intérêt les relations des textes avec les pratiques culturelles et dévotionnelles, la diversification des productions selon les besoins des différents publics (comment est-il tenu compte de l’âge, du sexe, de l’origine sociale, de la position dans l’église, des croyances, connaissances et opinions des publics possibles ?). Quelle est la perception de ces besoins par l’institution, par les prédicateurs et par les publics eux-mêmes ? Quelles modifications apparaissent dans l’articulation entre les domaines du sacré et du profane ?

 

Ses visées et son évolution

Sont bienvenues des communications portant sur les courants spirituels et confessionnels (puritanisme, piétisme, jansénisme, etc.).

Du militantisme convertisseur des textes de la pré-Réforme, de la Réforme et de la Contre-Réforme, à une production marquée par le rationalisme, l’éloquence religieuse, infléchie par le sens commun ou les bons sentiments, évolue-t-elle vers une rhétorique plus froide à mesure qu’on s’approche  des Lumières ? Après les grands sermons de l’établissement de la Réforme, comment le glissement vers un appel à la raison se manifeste-t-il dans les formes et dans l’exposition des dogmes ou de l’histoire sainte ? Quels sont les types d’argumentation, comment font-ils appel aux Ecritures Saintes et à d’autres autorités ? Quelle est ou demeure la place de l’appel aux sentiments, du lyrisme  et du pathétique?

L’aval que les auteurs reçoivent de la part des institutions se modifie-t-il au fil des siècles ? Comment les rapports entre religion établie et auteurs dissidents évoluent-ils ? A côté de l’éloquence ecclésiastique institutionnelle comment peuvent s’exprimer des formes marginales, voire contestataires ou scandaleuses ?

 

*

 

Call for papers

Papers should deal with the aims, the forms and the audiences of the texts, oral and written, concerned with Church eloquence and their evolution over the period.

 

The aims

We intend to explore change and continuity in a  production spanning from the missionary zeal of the pre-Reformation, Reformation and Counter-Reformation to the Augustan texts. Papers could focus on the various spiritual and denominational streams (puritanism, pietism, jansenism,etc.), and the ways in which they respond to rationalism or resort to a common sense approach and / or an appeal to feelings.

 

The forms and audiences

A wide spectrum of genres and sub-genres are relevant: collections of sermons, dogmatic expositions,informal talks, prayer books, common and private, catechisms, devotional literature, edifying tales, including verse production.

We welcome studies on formal and official speeches as well as all forms of  preaching to more limited audiences (the elites, the popular classes, chapels and other sectarian groups, informal gatherings, prophesyings). Equally welcome are papers dealing with the links between the sacred and profane spheres.

Enquiries into publishing and broadcasting patterns are also a prominent concern.

 

The evolution of religious discourse

Do the audiences of such speeches evolve over the period? Are there changes in the arguing and rhetorical methods? What are the references to Holy Scripture and other authorities? Do the fiery sermons of the Fathers of the Reformation really give place to a colder or more rational rhetoric with the Enlightenment? Are appeals to reason more noticeable after the Restoration? Are other rhetorical approaches found (appeal to feelings and pathos,praise and blame,lyricism)?

How is the religious production authorized or controlled or even checked by the Church and the lay Establishment? What groups and institutions have a say in the oral and written production? What evolution can be traced in the relationship between the Established Church and dissenters or religious minorities? How are the messages delivered by Church and Chapel received by contemporaries? Does Church eloquence appear to be not only institutionalised and approved, but also covertly or openly rebellious or even scandalous?

 


 

Journées d'étude 2005-2006

 

Pouvoir (s) de l'image aux XVe, XVIe, XVIIe siècles

 Pour un nouvel éclairage sur la pratique des lettres à la Renaissance

 

 

Rappel de la problématique

 

Les pouvoirs de l’image apparaissent assez forts à la Renaissance pour donner lieu à des débats théologiques et des actes iconoclastes. Les Personnes de la Trinité, les saints, les rois, les dieux antiques, les hommes célèbres vivants ou morts, les obscurs, les symboles sacrés ou profanes, pourquoi pouvait-on penser que certaines figures n’étaient pas représentables alors que d’autres devaient être offertes en exemple ? Quels modes de représentation semblaient appropriés pour donner l’image de ces différents personnages et de ces objets (statues, peintures, gravures, médailles, fresques et éléments décoratifs, théâtre et spectacles publics) ?

 

Nous employons aujourd’hui le terme image pour les représentations visuelles dues à l’art humain mais aussi pour certains procédés qui dans les textes représentent scènes, hommes ou objets. Les unes semblent offrir à nos yeux  une signification immédiate, les autres nous demandent une médiatisation. Quels rapports les hommes de la Renaissance établissaient-ils entre les images immédiates et les images médiatisées par les textes ? L’emblème qui  liait les deux modes, certains recueils qui dressaient la liste des images symboliques ou hiéroglyphes et de leurs significations, et les manuels de rhétorique et les répertoires mythologiques peuvent offrir des éléments de réponse.

 

Des images d’ampleur très diverse apparaissent dans les textes. Le texte entier peut être une image ou un ensemble d’images, c’est le cas des visions et des allégories ; l’image est plus circonscrite dans l’emblème ou l’ekphrasis ou l’hypotypose, la prosopopée et la prosopographie et l’analogie. L’image peut-être aussi disséminée dans le texte avec certaines métaphores.

 

Dans les modes visuels comme dans les modes textuels l’image peut remplir des fonctions diverses, elle peut être séduisante ou horrible, être utilisée pour la démonstration, l’argumentation, ou pour une célébration ou des jeux esthétiques, elle peut être imposée, théâtralisée ou modulée, glissée, manipulée.

 

Liste des communications

 

Marie COUTON : L'image de la Royauté dans l'Arcadie de Sidney.

Magdeleine RICHARD : L'image du Souverain ; pièces de monnaie et médailles.

Monique VENUAT : L'image des deux mères dans la polémique confessionnelle.

Danièle BERTON (St-Etienne) : Le Richard II de Shakespeare et la peinture d’histoire.

Andréa TROCHA-Van Nort (Paris) : Images of Death in Davenant’s Macbeth : from evocation to concretisation.

Gaëlle BRANFORD (Tours) : Stratégies de l’image dans la mise en scène de quelques cycles religieux britanniques (XVe-XVIe siècles).

Pauline BLANC (Lyon) : Corrosive Images of the Roman Catholic Church in John Bale’s Protestant Propagandist Works.

Sylwia GRUSZKA (Genève) : « Tous enfants de son père » : l’idéal des relations mutuelles entre les sexes dans le premier livre d’emblèmes protestant, Emblèmes ou Devises Chrétiennes de Georgette de Montenay.

Natacha SALLIOT (Paris) : Les pouvoirs de l’image dans le discours apologétique : les Tableaux sacrez des figures mystiques du très auguste sacrifice du sacrement de l’Eucharistie de Louis Richeome.

Vittoria FEOLA (Bruxelles) : Alphabets, symboles, héraldique entre Angleterre et France au XVIIe siècle.

Frédérique FOUASSIER (Tours) : Persistance et évolution de l’image de Marie-Madeleine dans le théâtre anglais de la Renaissance.

Jean-Jacques CHARDIN (Strasbourg) : Images visuelles et problématique du silence dans l’emblématique post-tridentine.

Gilles SAMBRAS (Reims) :  Enjeux idéologiques de l’imaginaire poétique. Andrew Marvell et la mise en images de la révolution anglaise.

Jean-Louis CLARET (Aix) : Le martyre de Dom Luc : les mots / maux du peintre dans la littérature élisabéthaine.

Christophe CAMARD (Tours) : L’Italien sur la scène élisabéthaine : de l’image au réel et de l’image au cliché.

Frédéric HERRMANN (Toulouse) : Entre image et modèle : la figure des Juifs dans la Révolution anglaise.

Florence d’ARTOIS  (Paris) : Image et genre : le cas des imagines agentes dans les épopées tragiques de Lope de Vega (la Jerusalem conquistada et la Corona tragica).

Isabelle FERNANDES (Université de Clermont-Fd 2) : « Le pouvoir des images dans le martyrologe de John Foxe. » 

Christian JEREMIE (Université de St-Etienne) : « Patrick’s Places, ou du bon usage des lieux. » 

Véronique JUDE (Université de Grenoble 3) : « De l’image à la dicibilité de l’indicible et à la saisie de l’expérience du divin dans Libro de la Vida de sainte Thérèse d’Avila. » 

Héloïse HERMANT (EHESS) : « Du pouvoir subversif des images : don Juan José de Austria en double du roi. »

Florence MADELPUECH (Université Paris IV-Sorbonne) : « De l’image du souverain au pouvoir poétique : le pouvoir de l’image dans les Églogues de Garcilaso de la Vega. »

Micaela RAMON (Université do Minho, Braga, Portugal) : « textes narratifs du XVIIe siècle, dans leurs rapports avec l'emblématique. » 

Yona DUREAU (Université de St-Etienne) : « Le livre d'emblèmes A Choice of Emblemes and other devises comme livre d'heures des travaux du petit peuple et source d'inspiration thématique et métaphorique. »  

Dominique DESCOTES (Université de Clermont-Fd 2) : « Les images géométriques dans les ouvrages scientifiques du XVIIe siècle. » 

Margarethe POTOCKI (Université de Clermont-Fd 2) : « Les frontispices du drame baroque allemand et du théâtre classique français. »  

Jean-Claude COLBUS (Nancy) et Brigitte HEBERT (Université de Lyon 3) : « La Chronique de Nuremberg : le monde, image par image. » 

Manuela Agueda GARCIA-GARRIDO (Université Paris IV-Sorbonne) : « Le portrait des prédicateurs illustres dans l’Espagne de la Contre-Réforme : le pouvoir pictural de la sainteté. »

Christian BOUZY (Université de Clermont-Fd 2) : « Les pouvoirs de l'image dans les frontispices des livres d'emblèmes aux XVIe et XVIIe siècles. »
Marie-Claude TUCKER (CERHAC Université de Clermont-Fd 2) : « l'Album Amicorum : étude d'un document-témoin de l'histoire sociale des étudiants aux XVIe et XVIIe siècles (1550-1630) à travers les images. »

 


 

Journées d'étude 2003-2004

 

Emprunt plagiat, réécriture aux XVe, XVIe, XVIIe siècles

Pour un nouvel éclairage sur la pratique des lettres à la Renaissance

 

Problématique

 

Une double réflexion a été menée

 

1) sur la paternité et les filiations de l'écriture

Comment les écrivains deviennent-ils des auteurs ? De quels textes tirent-ils leur autorité ? Comment définissent-ils l'écriture autorisée, la leur et celle de ceux qui les inspirent ? A qui peut-on ou doit-on emprunter ? Comment ces emprunts sont-ils signalés ? S'ils ne le sont pas, quelle est leur légitimité ? A partir de quand y-a-t-il plagiat ? Que cache l'anonymat et les noms de plume ? La propriété littéraire existe-t-elle ?

 

2) sur les usages de l'emprunt et les types de réécriture

définition des types d'emprunt
       images, symboles, similia
       proverbes, maximes
       exempla, anecdotes, références historiques, mythologiques
       schémas narratifs
       schémas argumentatifs
utilisation de recueils de lieux communs et de bestiaires
les limites et champs de l'emprunt selon les genres; légitimité de la paraphrase
les cheminements de l'emprunt (emprunt direct ou recours à des intermédiaires)
les fonctions de l'emprunt (structurel, démarcatif, argumentatif, illustratif et ornemental).

 

Les Actes ont été publiés aux Presses Universitaires Blaise Pascal (Collection CERHAC)

 

Jean PIRONON (CERHAC Université Blaise Pascal) : Thomas Wyatt traducteur de Pétrarque : emprunt et transcription dans le développement de la Poésie lyrique anglaise.
Astrid d'Halluin (Université de Tours) : Le Livre du Courtisan de Castiglione dans l'Angleterre d'Elisabeth I : modèles et reflets.
Christine SUKIC (Université de Bourgogne, Dijon) : Samuel Daniel et la naissance de l'écrivain.
Bernadette HIDALGO-BACHS (Université Blaise Pascal) : Emprunt et réécriture chez Fray Luis de Leon.
Bénédicte MATHIOS (Université Blaise Pascal) : Emprunts littéraires et linguistiques chez quelques poètes du Siècle d’Or espagnol.
Christian JEREMIE (Université de Saint-Etienne) : L'auteur et le Créateur dans les textes de prière de Thomas Becon : La prière, genre codé ou espace de création littéraire ?

Jean-Marc CHADELAT (IUFM, Paris) : Des « histoires tristes » aux trames de l’histoire : la réécriture par Shakespeare de la chute de Richard II.
Charlotte COFFIN (Paris IV) : Fragments de mythes : emprunt et cliché dans l’écriture élisabéthaine.
Laetitia COUSSEMENT-BOILLOT (Université Paris VII) : Shakespeare et l’ekphrasis : une esthétique de la copia.
Marie-Alice BELLE : Jeux de miroirs et doubles ironiques dans The Tragedy of Dido Queen of Carthage de Marlowe.
Isabelle FERNANDES (Université Blaise Pascal) : The Acts and Monuments de John Foxe. Modes d’emprunts, entre acceptation et déni.
Marie COUTON (Université Blaise Pascal) : Mirabilia et exemplarité : La relecture d’Erasme par John Lyly dans Euphues.

Monique VENUAT (Clermont II) : Réécriture et controverse autour du Prayer Book de 1549 : La Défense de Thomas Cranmer.
Natacha SALLIOT (Paris IV) : Réécriture et controverse religieuse dans la Responce du Sieur Casaubon à la Lettre de l’illustrissime Cardinal Du Perron de 1612.
Stephen MORRISON (CESCM Poitiers) : Emprunt, plagiat, réécriture : le témoignage d’un cycle de sermons orthodoxes anglais de la fin du XVe siècle.
Vittoria FEOLA (Cambridge) : « Il faut faire comme les français : il faut écrire en anglais. » Emprunt, plagiat, réécriture et la question de la langue chez Elias Ashmole.
Lynn Sermin MESKILL (Paris) : « Tracks in Other Men’s Snow » : Ben Jonson’s Plagiary.
Chiara PISACANE (Clermont II) : Filiation poétique dans le système pétrarquiste : Vittoria Colonna et Chiara Matraini.
Claire CRIGNON de OLIVEIRA (ENS Lyon) : « Tout est à moi et rien n’est à moi » : la digestion des sources dans l’Anatomie de la Mélancolie de Robert Burton.

Christian BOUZY (Clermont II) : Autour de la Sphynge d’Alciat : réécriture d’un texte et d’une image.
Jean-Jacques CHARDIN (Strasbourg II) : Emblème, art de dissimulation et d’ostentation : quelques exemples chez Henry Peacham.
Marie-Claude TUCKER (CERHAC Université Blaise Pascal) : Un emprunt à portée théologico-politique : la réécriture des Emblèmes ou Devises chrétiennes (1571, 1619) de Georgette de Montenay par Esther Inglis : Emblèmes chrétiens (1624).
Jean-Claude COLBUS (Nancy) : Sébastien Franck et la Chronique de Nuremberg : une compilation sélective entre lettre et esprit.
Patrick Del DUCA (Clermont II) : Le Tristan de Gottfried de Strasbourg et la réhabilitation de l’amour tristanien
Pierre KAPITANIAK (Paris V) : Noël Taillepied et Ludwig Lavater : Emprunt et adversité au cœur d’un débat démonologique post-tridentin.
Dominique DESCOTES (Clermont II) : Querelles de plagiat en mathématique dans l’œuvre de Pascal.
Carine BARBAFIERI (Paris IV) : Boileau parodiant Le Cid dans Chapelain décoiffé.

 

 

<Sommaire>